[Test] Psychonauts : Tout vieux, tout bon !

Publié: 25 février 2013 dans Jeux vidéos, Tests
Tags:, , , , ,

Yop le monde !

Aujourd’hui sur le blog, un nouveau test mais d’un vieux jeu (J’suis un ouf dans ma tête) : Psychonauts,  un jeu d’action/plateforme sorti 2005 sur la première XBOX et sur la PS2. Remis au gout du jour sur le live de la XBOX360 et disponible plus récemment dans l’Humble Indie Bundle V, voici aujourd’hui un test avec mes impressions sur un des plus fameux jeux de Tim Schafer (bon ok, ceux qui me connaissent sauront déjà que j’en dirai du bien évidemment 😀 ).

Le truc bien avec Psychonauts, c’est que c’est un jeu totalement original ! Et que dire de ce jeu si ce n’est que son créateur est certainement déjanté ? En effet, je le redis pour ceux qui n’auraient pas lu mon billet sur Costume Quest : Monsieur Schafer est un sacré calibre niveau JV, et a travaillé sur de nombreux point&click pour le studio LucasArts (Day of the Tentacle, Grim Fandango, et j’en passe). Autant dire qu’un des principaux intérêts du jeu est de voir l’univers complètement loufoque que notre ami sera capable d’inventer… et honnêtement, vous ne serez pas déçus ! Déjà, bien difficile de classer ce jeu vidéo avec une étiquette : il est à la fois jeu d’action, jeu d’aventure, jeu de plateforme et jeu artistique de par sa palette graphique. On peut donc parler de « JVNI », un Jeu Video Non Identifié !

Mais sinon, qu’est-ce que ça raconte ?  Et bien pour faire bref, le terme « Psychonaute » désigne des personnes disposant de pouvoir psy, et étant capables d’entrer dans les cerveaux de tout un chacun afin d’explorer leur esprit et leurs souvenirs.  Le jeu démarre alors que le héro, Raspoutine (Raz), intègre une colonie de vacances pour apprendre à utiliser ses dons avec des maîtres. Mais deux choses clochent : la colonie semble abriter une chose ou une personne qui en veut aux élèves : mais qui ou quoi ? Et aussi, que se passe-t-il donc dans le cerveau de Raz, pourquoi est-il différent des autres ?

Le soft est principalement un savant mélange d’action et de plateforme, et nous donne un peu l’impression de nous retrouver projeté dans l’école des X-Men entourés de plusieurs professeurs Xavier, ou à la place d’Harry Potter à la rentrée des classes à Poudlard. On dirige donc un personnage qui évoluera dans un monde semi-ouvert, et se retrouvera petit à petit avec différents pouvoirs lui permettant de progresser plus loin dans l’aventure. Les pouvoirs, bien qu’assez peu originaux (Télékinésie, Pyrokinésie, Lévitation, etc), restent agréables à utiliser, et sont également mis à profit pour la réalisation de petites énigmes. Un bon point, d’autant que la durée de vie reste correcte pour un jeu de ce type : comptez entre 6 et 8h pour en voir le bout selon votre empressement, et pas loin du double si vous voulez rassembler tous les souvenirs et réunir tous les éléments à collecter.

Mais où est-ce que je suis tombé, encore ?

Au niveau du plaisir de jeu, réussite également, puisque le scénario est traité correctement au fil des missions et nous donne constamment envie d’en savoir plus et d’avancer dans l’aventure. De même, de très nombreux objets peuvent être collectés au fil des imaginaires visités, et permettent de développer nos pouvoirs psy. Enfin, les mondes sont très variés, puisque construits en fonction du caractère des gens (Par exemple, un militaire aura un imaginaire en forme de champ de bataille, l’esprit d’un malade mental débouchera sur un level-design totalement fou ou encore celui d’un peintre espagnol sur un univers peuplé de corridas multicolores, etc. !).

Vous pourrez donc vous amuser à fouiller l’esprit de votre hôte, découvrir ses souvenirs (cachés dans des coffres), collecter les éléments imaginés par son cerveau de ci de là, tenter de libérer ses bagages émotionnels ou encore tout simplement tenter de trouver l’information dont vous avez besoin. Bref, l’ensemble du jeu est complètement loufoque (mais toutefois logique, d’une certaine manière) et les levels sont clairement différents de ce que l’on a l’habitude de voir. Comme quoi, même dans un jeu de plateforme basique, on peut toujours inventer de nouvelles choses !

Graphiquement par contre, il faut avouer que le jeu commence à dater et que cela se ressent. Bien que les décors soient plutôt jolis et détaillés, difficile de ne pas remarquer l’aspect « anguleux » de chaque objet/personnage, même avec la résolution maximale et les détails poussés à fond… De même, les textures sont parfois baveuses. Néanmoins, ici l’artistique vient au secours de la réalisation technique, puisque chaque personnage ou objet possède un charisme particulier qui le rend attachant.

En conclusion donc, pour qui ne serait pas principalement préoccupé par les graphismes et resterait curieux d’essayer un jeu un peu différent, Psychonauts reste un choix judicieux, puisque le soft est désormais disponible à tout petit prix. Et s’il a forcément vieilli, il a en tout cas gardé toute son originalité et toute son énergie !

L’attaque des fonctionnaires armés de tampons, aaahhh !!!!

Publicités
commentaires
  1. […] monsieur des jeux vidéos, puisque j’ai déjà testé deux autres de ses jeux sur mon blog (ici et là, pour les […]

  2. […] décidément le studio Double Fine Production. En même temps, pas étonnant vu mes articles ici, là ou encore là sur leurs précédents jeux. Que voulez-vous ? Tim Schafer et son équipe sont […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s