[Critique] Justified (saison 1) : un western moderne

Publié: 12 mars 2013 dans Séries TV
Tags:, , , , , , , ,

Justified 1

Salut à tous !

Aujourd’hui sur le blog, une nouvelle critique série TV, à savoir celle de Justified, série dans la veine de DeadWood s’il fallait comparer.

Dans le show critiqué ce jour, on trouve donc : des flingues, de l’alcool, des gonzesses et des méchants. Et tout ça dans l’univers d’un Texas profond bien bouseux, où les gens sont cons, racistes et ont tous un flingue à la ceinture.

Bref, bienvenue dans un western moderne, bienvenue à Justified !

I) Justi-quoi ?

Justified est une série qui me semble relativement peu connue, produite par la chaîne FX (comme American Horror Story, d’ailleurs). En effet, je suis fan de séries depuis de loooongues années, et j’en ai très peu entendu parler autour de moi, alors même qu’on en reste actuellement à la quatrième saison.  C’est donc pas vraiment nouveau… De même, j’ignorais jusqu’alors totalement que c’était l’acteur Timothy Olyphant (Scream 2, ou plus récemment Die Hard 4 ou Hitman) qui jouait le personnage principal du show TV.

Le fait que la série soit déjà si avancée, et que son acteur principal soit plutôt « reconnu » dans le monde du 7ème art (cinéma, toussa toussa) m’ont donc incité à m’intéresser plus avant à cette série, histoire de rattraper un peu mon ignorance et de voir ce que ça valait vraiment. D’autant qu’il faut bien avouer que la série se démarque des autres shows qu’on a l’habitude de voir (cfr mon paragraphe plus bas)

L’intrigue : Le marshall Raylan Givens (joué par T. Olyphant), est muté suite à des conflits avec ses supérieurs au Kentucky, contrée dont il est originaire. L’occasion pour lui de retrouver des anciennes connaissances et de renouer avec son passé. Néanmoins, notre marshall dispose de méthodes assez expéditives, est prompt à dégainer et à foncer dans le tas, ce qui ne plait pas forcément à tout le monde. Particulièrement aux bandits du coin…

Cette saison 1 particulièrement, est une grosse excuse pour nous présenter la ville et ses divers intervenants, que cela aille du shérif au père du héros (carrément borderline « bandit », soit dit en passant, ce qui est particulièrement amusant vu le job de son fils). On découvre donc un bled paumé avec ses bandits racistes comme il faut, ses abrutis de service et ses bons petits gars. Bref, tout un joli monde, avec chapeau de cowboy et flingue à la ceinture en prime.

Alors au-delà de ce speech assez peu original, ne vous y trompez pas : Justified est une série assez différente de ce qu’on attend généralement d’un show TV. Et c’est particulièrement vrai dans son ambiance. En effet, on se retrouve ici dans un Texas profond, peuplés de rednecks bien bouseux, buvant de l’alcool frelaté à la bouteille et s’amusant à tirer en l’air (bon, ok, j’en remets une couche, mais vous voyez le genre ?!). Les personnages s’expriment tous avec un accent « bourrin » à couper au couteau, et ont tous un flingue dans le pantalon / un fusil à pompe à la main / les deux. Heureusement, notre héros, en bon Lucky Luke, dégaine comme personne et, croyez-moi, il en aura besoin !

Justified 4

II) La saison 1 : une longue intro

Justified ne m’a pas totalement séduit pour cette saison 1, je dois bien l’avouer. En fait, j’ai eu quasiment la même impression que lorsque je matais le début de la saison 1 de Sons of Anarchy (qui est produit aussi par cette chaine, tiens tiens ?!). Je veux dire par là que ça a l’air sympa, réfléchi et différent des séries habituelles, mais le rythme de cette saison reste (trop) lent avec des personnages introduits chacun à leur tour et sur lesquels on insiste parfois lourdement. De même, les épisodes bien que variés se ressemblent tous un peu dans leur évolution : des méchants, un héros badass et vers la fin de l’épisode, le plus souvent, un règlement par flingues à la Ok Corral (= une des plus grosses fusillades du Far West).

Bref, c’est sympa mais ça manque d’un petit quelque chose sans qu’on sache expliquer le quoi exactement : un peu de tension ? (vu qu’on sait bien que le héros ne risque rien), une intrigue un peu plus originale ? Ou encore des personnages plus haut en couleurs ? Probablement un peu de tout ça.

MAIS, ce que je dois vous dire, quand je compare cette série à SOA (pour les intimes), c’est qu’en fait, j’ADORE cette seconde série. Après des débuts difficiles en saison 1 (surtout pour la 1ère moitié en fait), j’ai totalement accroché à l’histoire de nos motards, et j’ai dévoré la saison 2, 3 et 4 (pas encore eu le temps de voir la 5). Bref, je suis devenu fan de ce « Motorcycle Club » (Et il n’est pas impossible que je vous en parle un de ces jours d’ailleurs). Et c’est un peu cette même impression que m’a laissé Justified : un lancement plus lent, mais avec un je-ne-sais-quoi derrière qui donne envie d’en voir plus. En effet, j’avais la même impression de développement lent au départ, mais c’était pour mieux permettre au spectateur « d’entrer » dans ce petit monde, le prendre dans les filets de la série pour ensuite ne plus jamais le lâcher.

Et si SOA a réussi à m’accrocher au milieu de saison 1 là où Justified ne l’a pas (vraiment) fait, reste que la série a piqué ma curiosité, et que passé les 13 épisodes de la saison 1, j’ai envie d’en savoir plus et de voir ce que les personnages vont devenir. Duc coup, mon avis n’est pas définitivement tranché: faut que je regarde cette saison 2 histoire d’être sûr ! On sent bien ici qu’on est face à un produit très singulier mais prometteur.

En outre, la série vaut en tous les cas au moins un détour pour quelque chose : ses deux personnages principaux, avec deux acteurs qui « portent » véritablement la série sur leurs épaules :

– Le personnage du héros bien sûr : Un cowboy moderne, sans peur (mais pas sans reproche), assez badass pour faire pâlir n’importe quel bandit et qui est sacrément amusant à suivre, chapeau sur la tête et colt plus souvent en main qu’à la ceinture. Timothy Olyphant maîtrise parfaitement son personnage, et c’est un plaisir à voir (en VO-sous titrée obligatoirement, pour percevoir toutes les subtilités du jeu, accent cul-terreux compris)

– Le personnage de « l’antagoniste principal » : Un dénommé Boyd, personnage très ambigu et fort difficile à définir en cette saison 1, oscillant toujours entre le bandit de grand chemin et le fou-dingue-religieux finalement honnête. Il est extrêmement bien joué par Walton Goggins qui, bien qu’ayant une filmographie très impressionnante, trouve ici un de ses meilleurs rôles à mon avis.

III) Conclusion

Difficile donc d’avoir une opinion tranché sur Justified, qui fait du « très bon » mais aussi parfois du « moyen ».  La série dispose en tout cas clairement d’atouts pour devenir une excellente série, c’est indéniable. Par conséquent, pour le moment mon opinion se résume à un Pourquoi pas ?

Et je reste donc dans le ton de la série pour mon avis final de cette saison 1, faisant comme au Poker : « Je « check » la saison 2 pour voir ! ».

Justified 2    Justified 3

Publicités
commentaires
  1. […] Aujourd’hui, une nouvelle critique pour le blog, mais pas d’un nouveau show pour autant, puisque je vais vous parler de la saison 2 de Justified, série dont j’avais déjà apprécié la première saison. […]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s