[Critique] Bones (saison 7) : On ne change – presque – pas une équipe qui gagne !

Publié: 20 mars 2013 dans Séries TV
Tags:, , , , , ,

Bones1

Salut à tous !

En ce beau jour (ou pas, en fait j’ai une chance sur deux), j’ai choisi de vous parler cette fois de la série Bones, et plus précisément de la 7ème saison de notre duo de choc.

Maintenant, vous connaissez le principe de mes articles : un 1er paragraphe général pour traiter de la série dans son ensemble et amorcer la saison, et un 2ème qui vous donnera mes impressions en général sur son contenu. Ce dernier est à éviter de lire donc, si vous comptez visionner la saison et voulez absolument éviter le moindre spoil (quoi que, pour cette série, OSEF un peu, c’est pas le but).

I) Bones : une série policière parfois trash

Bones est une série classique du type « policier » dont l’intrigue est relativement simple à expliquer : Temperance Brennan est une anthropologue de renom, qui n’a pas son pareil pour « faire parler » les cadavres et les os en tous genres. D’un seul fragment d’os, elle peut déterminer le sexe, l’âge, et tout un tas d’informations essentielles. Accompagné de Seeley Booth, un agent du FBI, ils mènent donc des enquêtes pour identifier les causes de la mort, voire identifier le meurtrier de ces pauvres personnes en état de squelette/pièces détachées/morceaux putréfiés (au choix).

La série fonctionne bien en ce que l’accent est mis sur le duo improbable entre Brennan, une personne totalement brillante mais en pratique plutôt handicapée au niveau des relations humaines / de la vie en société (avec un côté « scientifique inflexible ») et Booth, un policier américain « lambda » pas particulièrement brillant mais tenace et perspicace quant il le faut.

Petit à petit au fil des saisons, une véritable équipe va se constituer autour des deux protagonistes principaux, Emily Deschanel (Brennan) et David « Angel de Buffy » Boreanaz (Booth). Une place de plus en plus importante est d’ailleurs consacrée aux seconds couteaux, au point tel que les ‘rats du labo’ (comme ils aiment s’appeler) interviennent désormais totalement dans les enquêtes.

Tant mieux, cela apporte une fraicheur et une variété bienvenue aux épisodes, ainsi que beaucoup d’humour, chacun ayant son caractère particulier et déjanté (entre un psy qui analyse et décrypte à longueur de temps tous ses collègues ou un laborantin qui fait des expériences foireuses dans son labo).

Sinon, un point essentiel à noter avant de passer à cette série : la série a clairement un côté « trash » (gentillet, mais tout de même présent). C’est sans doute une des différences majeures d’avec les séries policières classique, un peu plus tendre avec le spectateur habituellement, au niveau des cadavres en putréfaction.

Et en regardant cette saison,  j’avoue que je ne me rappelait plus du fait que c’était si « dégueulasse » pour le dire clairement. Entre le moment où l’on vide le contenu de l’intestin de la victime et que tout s’écoule dans un seau, ou celui où l’on racle les peaux d’une victime … autant être prévenu : Cette série est sympa, mais pas pour ceux que le sang et les viscères rebutent !

Dernier point important avant de parler de cette saison : il faut noter que celle-ci est particulière dans la mesure où l’héroïne, Emily Deschanel, est enceinte ‘in real life’. Par conséquent, les scénaristes se sont vus dans l’obligation d’intégrer une trame dans la série, puisqu’une actrice enceinte de 6 mois, ça reste difficilement camouflable ! C’est d’ailleurs la raison pour laquelle cette série ne comptera que 13 épisodes, au lieu de la vingtaine habituelle. Il a bien fallu faire avec l’état de santé de madame, logique !

Bones2

II) La saison 7 proprement dite

Dans cette saison, la relation entre Brennan et Booth prend donc un tournant, puisque, pour rappel, la saison d’avant se terminait sur une annonce fracassante : Brennan est enceinte du bel agent du FBI (alors qu’ils ont tout de suite couché une fois ensemble, sacrée Amérique puritaine !)

On a donc, pour cette septième saison, l’introduction (enfin!) officielle du couple. Et si je ne suis pas fâché d’avoir finalement une évolution dans la relation de nos deux compères (ça m’a toujours fait chier, ce côté « Je t’aime moi non plus » qu’on traine depuis 6 saisons). Mais autant l’avouer : le résultat est assez décevant de prime abord !

En effet, cet aspect de la série est honnêtement assez bordélique et laisse le spectateur un peu perdu. Etant donné l’indécision constante des scénaristes à mettre les deux personnages principaux ensemble, puis en fait non. Puis oui. Puis re-non.  Et puis on sait pas. Résultat : on y croit plus trop. Alors quand arrive la grossesse de l’actrice dans la vraie vie, les scénaristes se retrouvent bien-sûr coincés d’avoir hésité autant. Et comme solution, ils nous sortent une romance tirée d’un chapeau en deux coups de cuillère à pot !

Dès le premier épisode, c’est donc bisous/calins entre les deux tourtereaux, qui – on ne doute de rien chez les scénaristes sans idées – emménagent ensemble ! Mouais …. Après 6 années de ni oui/ni non entre les deux personnages. Prend le téléspectateur pour un con, tiens !

Ici, on voit bien toute la limite et le gros défaut d’une romance trop tirée sur la longueur. Dommage, ça fait un peu tâche, j’aurai aimé un traitement un peu moins à la truelle pour les personnages et une histoire au moins réaliste. Ici, on fait « à l’américaine » (= comme des bourrins). Ils sont ensembles et puis c’est tout, no comment. Re : Mouais …  Enfin, passé un temps d’adaptation, on finit pas s’y faire malgré tout, et on passe au dessus.

Concernant les épisodes, il y a honnêtement peu de chose à dire, dans la mesure où c’est du « Bones habituel ». Les intrigues sont assez semblables tout en restant sympathiques, et avec le côté « grain de folie » propre à la série qui fait qu’on s’y attache et qu’on suit docilement les enquêtes. Les intrigues restent en one-shot la plupart du temps, et manquent toujours de fil rouge à mon gout (sauf les derniers épisodes, histoire de garder le spectateur pour la saison suivante). Reste qu’on est dans du connu et apprécié, et si on a aimé, on aimera encore : on ne change – presque – pas une équipe qui gagne.

De même, les personnages secondaires évoluent encore dans cette saison, et prennent toujours plus de place. On est désormais bien face à une « cellule policière » en plein, et non plus face à un duo anthropologue/flic du FBI. Et honnêtement, tant mieux, puisque le rôle du psy et du « Roi du labo » sont les véritables ressorts comiques du show désormais.

Une série qui a su évoluer donc (entre les mariages et bébés qui arrivent dans les divers couples de la série), mais tout en gardant son essence première : le policier /comédie. Inutile de dire que les épisodes se regardent à la chaîne, et que vous pouvez foncer.

D’ailleurs bonne nouvelle pour les fans : une saison 8 est déjà en route !

Bones3

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s