[Critique] Awkward (saison 1) : nouvelle série pour MTV

Publié: 29 mars 2013 dans Séries TV
Tags:, , , , , , , ,

Awkward 1

Salut les gens !

Awkward est la nouvelle série d’ados produite par MTV. Il s’agit typiquement d’une sitcom humoristico-romantique, avec  Ashley Rickards, Beau Mirchoff  et Brett Davern en comédiens principaux.

Le but de la série n’est pas de révolutionner le genre, mais bien d’offrir un petit plaisir au quotidien. Une série à voir chaque jour et qui détend, sans se prendre la tête. Et, ma foi, les scénaristes s’en sortent assez bien ! Je ne résiste donc pas à la tentation d’en parler un brin ici.

I) Une nouvelle série pour MTV : « Teenagers, here we come ! »

Awkward est donc typiquement ce qu’on peut appeller une « série pour ados ». D’habitude, ça n’est pas du tout mon style, mais après quelques séries « sérieuses » (Justified, Fringe, etc), j’avais envie de changer, et ici,  il faut admettre que le sitcom est séduisant. La formule connue de l’humour et de la romance existe depuis longtemps, mais reste toujours distrayante et sur une courte période (20 minutes par épisode), on a pas le temps de s’ennuyer. Bref, un concept qui reste sympathique à défaut de surprendre : pourquoi pas ?

Et honnêtement, je peux vous avouer que les scénaristes ont, dans cette série, fait EXACTEMENT ce à quoi je m’attendais : rien de bien original, mais ce qu’ils font, ils le font bien.

Le speech d’Awkward prend son essor sur un malentendu : l’héroïne, Jenna Hamilton, est victime d’un accident erronément interprété par tout le monde comme une tentative de suicide. Ce qui a pour conséquence de rendre cette dernière (re)connue, du jour au lendemain, dans toute son école. Et bien évidemment, comme dans toute série d’adolescents, cette célébrité nouvelle attirera forcément les jalousies de certain(e)s et suscitera l’intérêt chez d’autres.

Le concept de base est donc ici une grosse excuse pour raconter des brefs épisodes de la vie quotidienne d’une élève relativement normale et ses déboires. Une ado à qui les choses ne réussissent pas toujours mais qui prend ça à la rigolade, entourée d’amis qui lui veulent plus ou moins du bien.

Et au delà de cette histoire basique, voilà la véritable force de la série qui arrive : ses personnages. Entre une psychologue scolaire totalement désaxée et qui aurait bien plus besoin de séances psy que ses propres élèves (à qui elle prodigue bien-sûr des conseils foireux) ou une mère restée adolescente incitant l’héroïne à se refaire les seins pour draguer les mecs (entre autres), vous en croiserez un paquet de personnages loufoques haut en couleurs ! Et ils vous feront sans nul doute passer un bon moment.

A côté de ça, on retrouvera évidemment les personnages « des codes » de toute série pour ado : la peste, la blonde écervellée, les beaux mecs sportifs de l’école, etc. Mais là où la série se démarque (encore), c’est qu’elle utilise les codes pour mieux les détourner. Et également, terminé la morale très puritaine des Zétazunis. Ici, les jeunes couchent ensemble sans tabou, se réveillent le matin pas maquillé/bien coiffé.

Bref, ça respire la fraicheur et une certaine authenticité qui fait du bien.

Les comédiens jouent plutôt justes et possèdent un jeu assez correct, surtout considérant le type de série « ado » qui nous a habitué à bien pire. A côté des adultes dont la réputation n’est plus forcément à faire (la jolie Nikki DeLoach ou la non-moins séduisante Desi Lydic, par exemple), force est de constater que les petits jeunes ne sont pas en reste.

La comédienne principale particulièrement, Ashley Rickards (loin d’être moche à regarder également, soit-dit en passant) sort du lot en ce qu’elle possède une palette d’expression assez variée, et est capable d’effectuer tout un tas de mimique assez drôle ! Elle porte quasiment la série sur ses uniques épaules, et elle tient bon ! Bon point donc.

Sinon, toujours concernant le casting, certains reconnaitront dans le personnage du brun Matty, la belle gueule interprétant « Danny Bolen » dans la sixième saison de Desperate Housewifes; et le blond Jake se trouve avoir déjà fait quelques passages dans Les Experts à Miami, ainsi que dans Cold Case. Bref, tout un joli casting, avec un tas de petits jeunes qui montent et font bien leur boulot, tranquillement. Et ça fonctionne plutôt bien !

Awkward 2    Awkward 5

II) La saison 1 plus particulièrement : un triangle amoureux et des situations cocasses

Dans cette saison, qui compte 12 épisodes de chacun une vingtaine de minutes, on a droit rapidement à une présentation des personnages mais, surtout, à une dose immédiate de l’humour assez décalé de la série. Vous saurez donc très vite si oui ou non vous aimerez cette série. Comptez deux épisodes pour être fixé.

De même, le triangle amoureux est rapidement au centre de l’histoire. Et en parlant de l’histoire justement, encore un bon point : celle-ci a le bon goût de ne pas trainer. Ici, vous n’aurez pas des épisodes entiers dédiés à des « Je t’aime – Moi non plus – Finalement si – En fait non ». Ici, peu d’hésitation : je t’aime ou je ne t’aime pas. Point. (Après tout, les personnages sont des ados pleins d’hormones, non ?). Il y a juste ce qu’il faut de « changements » pour l’intrigue, mais ça évolue assez rapidement pour ne pas lasser le spectateur qui serait de passage sur cette série (typiquement du genre … moi !). Je dirais d’ailleurs que c’est un peu à la Véronica Mars, si je devais comparer (le policier en moins ici).

Tout ceci permet donc d’avoir des épisodes qui s’enchainent rapidement et pour peu que vous ayez la série entière, croyez-moi : ça va filer !

Bien-sûr, l’intrigue reste un peu « bateau » avec une histoire de triangle amoureux entre l’héroïne, un beau blond et un beau brun. MAIS, là ou c’est parfois fait sans aucun talent (comment ça, Haven ? 😀 ), c’est ici réalisé avec de l’humour et assez de talent / parodie pour que cela reste amusant.

Résultat, même avec une histoire peu originale, on marche. Puis les personnages sont assez « foldingues » pour que le spectateur de passage puisse prendre du bon temps même sans s’intéresser à l’histoire (Par exemple, le coup du beau brun qui a pour habitude de se renifler les aisselles, voilà quoi …).

 awkward3    Awkward 4

III) Conclusion : à essayer !

Ma conclusion est donc fort positive (et sincèrement, un peu à l’inverse de ce que j’aurai pû dire si on m’avait juste parlé de la série sans l’avoir moi-même regardé)

Après l’avoir vu, je vous le confirme : ça vaut le coup d’œil (pour qui accepte le genre teenager évidemment). La sitcom est beaucoup moins stupide qu’elle n’en à l’air et sans être vraiment originale, reste séduisante.

L’idéal étant évidemment de regarder ça avec sa madame (pour ceux qui peuvent 😉 ).

Une série distrayante, rapide et amusante donc. La regarder, c’est comme manger une barre de chocolat : un petit plaisir coupable qu’il est bien agréable d’assouvir de temps à autre. La meilleure preuve de sa qualité ? La saison 1 et la saison 2 sont terminées, et l’on vient de confirmer la saison 3 avec deux nouveaux acteurs raccrochant au navire, tandis qu’on prévoit également une augmentation du nombre d’épisodes par saisons.

La série a le vent en poupe sans nul doute … C’est le moment pour les curieux de jeter un oeil dessus !

Awkward 6

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s