[Mauvaise Foi] Crysis 3 : De la régression de Crytek vers le FPS fade et générique !

Publié: 7 mai 2013 dans Jeux vidéos, Mauvaise foi, Tests
Tags:, , , , , , , , , , ,

crysis3 cover

Salut à tous !

J’espère que tout roule pour vous. Ça faisait longtemps que je n’avais plus parlé de jeux vidéos sur ce blog. Je vais donc bien vite rattraper les choses, avec un article plein de mauvaise foi qui plus est (c’est tellement mieux !).

En effet, je vais vous parler du dernier né en date chez Crytek et édité par Electronics Arts, j’ai nommé une série de soft qui terrorise les benchmarks et même les PC super boostés : les jeux-vidéos Crysis.

C’est donc le 3ème opus qui passe à la loupe ce jour. Et pas de chance pour nous : Crysis 3 est un pur foutage de gueule. Je vais donc vous expliquer comment en quelques années Crytek va régresser et passer d’un FPS magnifique à un FPS fade et générique bien nul.

I) Crysis : un FPS de brute, avec des graphismes à pleurer

Tout commence en 2007 avec la sortie d’un certain Crysis. De fait, Crytek va surprendre tout le monde en balançant un jeu extraordinairement beau (encore aujourd’hui, 6 ans plus tard) et en plus, super intéressant et prenant.

L’aventure est dépaysante (quasiment tout se passe sur une île paradisiaque), le gameplay est soigné aux petits oignons, et les bonnes idées fourmillent dans le soft : une nano-combinaison avec de nombreux pouvoirs, des décors destructibles (jusqu’aux troncs des arbres dans la végétation !), possibilité d’attraper les ennemis, de pouvoir personnaliser ses armes durant le jeu, etc.

En plus, il faut l’avouer : le scénario est très prenant, avec une histoire qui évolue : on commence par la découverte de la nano-combinaison et des ses possibilités. Puis l’on passe à la recherche d’informations sur d’étranges choses qui se déroulent sur cet île peuplée d’ennemis moins bien équipés mais largement supérieurs en nombre. Et enfin, on finira l’aventure sur une confrontation avec une race d’aliens étrange mais diablement puissante, ce qui promet des combats violents et très prenant.

Une vraie bonne surprise que ce FPS donc, qui fera date et qui met tout le monde d’accord : c’est une bonne grosse claque sur le marché du jeu vidéo, et indubitablement un des jeux de l’année (sinon LE). Un régal donc, et qui plus est, une magnifique publicité pour le moteur graphique de Crytek : le Cryengine 2 (le Cryengine 1 avait été utilisé pour Far Cry premier du nom).

Crysis 1   Crysis1 (1)

II) Une évolution en dents de scie pour un Crysis 2 dénaturé

Après un 1er volet encensé par la critique et les gamers (PC), Crytek nous sortira un second volet, qui sera quant à lui bien plus moyen.

Déjà, je vais faire mon sectaire, mais premier effet ki-fé-peur : le jeu sera développé multisupport. Alors que ça soit bien clair, je n’ai rien contre les consoles. MAIS, il faut être clair et avouer une chose : Le FPS est le genre de prédilection du PC. Jouer à un FPS sur console, ça peut être sympa, mais ça ne sera jamais aussi bien. Du coup, on est déjà un peu refroidi : le jeu ne sera-t-il pas un peu revu à la baisse ? Ne va-t-on pas céder à la facilité. Et bien, si.

Si je pense qu’on peut développer un jeu sur plusieurs machines en même temps (tant mieux même : on sera plus à y jouer), le problème ici, c’est l’idée de départ. Tout se passe comme si les créateurs du jeu s’étaient dit : « on va le faire tourner sur tout ce qui existe, peu importe les sacrifices ». En effet, si on calcule comme ça, on est obligé alors de s’auto-limiter pour être sûr que tout va fonctionner sur n’importe quoi. Et c’est ce qui s’est passé : On a nivelé ce Crysis 2 par le bas.

Du coup, pour des raisons marketings ou simplement pratiques, dès le 2ème volet, nous verrons la disparition de toutes une série d’éléments pourtant sympas du premier volet. Un véritable retour en arrière, en quelque sorte. Déjà : exit l’île de paradis. De même, désormais c’est points de sauvegarde, et bye-bye les sauvegardes/chargements immédiats (le sacro-saint F5 – F9 des PC). Autre détail supprimé, la possibilité de changer de « voix artificielle » dans la combinaison (dans le 1er opus, comme pour un GPS lambda, nous pouvions choisir entre voix masculine ou féminine) : on a plus droit qu’à une bonne grosse voix virile (pas de bol, je préférai l’autre). Heureusement désactivable si elle vous saoule.

Enfin, disparitions de certains pouvoirs (vitesse, force) directement implémentés dans la combi. Il suffit désormais d’appuyer sur une touche pour l’utiliser automatiquement. Mais pourquoi ? Pourquoi retirer une option pour la faire fonctionner toute seule ? Le joueur est-il devenu incapable d’appuyer seul sur un bouton ? Est-il devenu plus bête ? Bon, un peu. Non. Crytek nous prend donc officiellement pour des cons incapables d’appuyer sur plus d’un bouton.

Au programme du scénario du second volet : même manque d’originalité. Du combat en ville, contre des extraterrestres tentant de conquérir la terre. Et c’est tout. Dommage, car on perd la dimension « combat contre une armée ennemie », qui était assez jouissif.  Puis, l’histoire de ce second volet reste incompréhensible et vraiment bordélique, avec cette trame du « successeur » reprenant la nano-combinaison hanté par un des personnages central de Crysis 1. Du gros n’importe quoi mal expliqué (voire pas du tout).

Voilà qui consacre déjà le début de la régression de Crytek, qui a clairement moins « bossé » sur la suite de son jeu au détriment de son moteur graphique.

crysis2    Crysis 2 SP

III) Crysis 3 : On touche le fond

J’étais donc assez sur la défensive pour ce troisème volet. Mais j’avais néanmoins de l’espoir, me disant que Crytek devait forcément faire un effort pour redresser la barque, sous risque de flinguer une licence qui a un potentiel de vente important.

Et résultat après y avoir joué, même constat : Crytek a encore régressé ! Leur licence est véritablement à l’agonie, au point que si on retire la combinaison et les graphismes, le soft n’a plus aucun intérêt et n’intéressera personne ! Un comble. Tout est devenu encore plus pauvre qu’avant : le scénario, la durée de vie, le gameplay, etc. Seuls les graphismes (heureusement!) sont encore et toujours un – gigantesque – cran au dessus de ce que fait la concurrence.

Question durée de vie, j’ai mis 6h18 en prenant (mais vraiment!) mon temps. Certains pourront le finir facilement en 2h30 à 4h de jeu ! Une vraie claque dans la tronche du joueur par conséquent, surtout quand on voit le prix des jeux (et celui d’une tour PC avec le matos pour faire tourner le bouzin à fond). D’autant que certains objectifs de missions sont désormais « secondaires », ce qui peut, si vous êtes peu attentif ou juste pressé, encore réduire la durée de vie pourtant déjà famélique.

Tout ceci est d’autant plus stupide que le temps passé sur le jeu n’est même pas intéressant! Au niveau scénario, on se retrouve dans du pur série B pas drôle (même au second degré). Un espèce boulgi-boulga incohérent se passant dans le futur, où notre héros arrive dans une pseudo-guerre dont on ne connaît quasiment rien, et dont on se fout royalement qui plus est.

De même, l’aventure étant tellement courte, comment se sentir concerné par ce combat dont on ne connait quasiment rien ? Comment ressentir du pathos (de la peine et/ou de la haine) pour des personnages qu’on aura rencontré qu’une seule fois dans le jeu (véridique!) et à qui on aura parlé 2 fois en tout ?! C’est tout simplement impossible. Et évidement, ça ne fonctionne donc pas : le décès de l’un ou l’autre personnage nous laissant froid comme un glaçon.

D’autant plus impardonnable qu’ici, on a ENCORE supprimé des éléments par rapport au second volet ! De pouvoirs, il ne reste véritablement plus que l’armure et l’invisibilité, tout le reste n’étant qu’anecdotique. Autre détail : désormais, la voix (unique et) horripilante de la combinaison n’est même plus désactivable. Puis certains défauts font vraiment « tâche », comme le fait de ne pouvoir interagir avec le moindre objet du décor, ou de ne pouvoir quasiment rien détruire (là où le 1er Crysis avait fait des miracles!).  Ou même, le fait que lorsque vous vous rendez invisible, vous pourrez voir, dès que vous passerez près d’une source de lumière, votre ombre se refléter sur le mur … Super l’immersion !

La seule nouveauté de cet opus réside dans ce qu’on voit sur la pochette : l’arc. Et effectivement, il est très fun à jouer, avec ses flèches de toutes sortes (explosives, électriques, etc.). Mais il est aussi complétement abusé, puisqu’il permet de rester invisible même en tirant, et tue quasiment tous les ennemis en « one-shot ». Bref, presqu’une arme de triche ultime, qui permet de passer sans encombre le moindre passage.

Par conséquent, avec Crysis 3, on se retrouve typiquement ici dans un « beau » jeu, mais pas vraiment très agréable à jouer. Un comble pour un jeu vidéo !

crysis3 3   Crysis3 2

IV) Une bien belle déception au final

Au final, on se retrouve donc avec un FPS tout ce qu’il y a de plus générique. Un jeu de tir lambda, avec oui, c’est vrai, des graphismes du feu de dieu. Mais est-ce suffisant pour faire un bon jeu ? Absolument pas. La preuve en est : ce jeu est court (très court!) mais on parvient néanmoins à s’ennuyer sur certains passages. Incroyable !

En résumé, Crysis est devenu un Call of Duty (les derniers opus, hollywoodiens), mais « du pauvre », avec le talent en moins. Il ne représente donc plus aucun intérêt.

En fait, le problème de ce Crysis 3, c’est qu’il se réduit quasiment à une pub du Cryengine 3 et à ses capacités matérielles et graphiques (époustouflantes, il est vrai). Par contre, ça n’est plus véritablement un jeu. Je ne sais pas s’il y aura vraiment un Crysis 4 et une refonte du jeu lors de celui-ci … mais il faudrait y penser, les petits gars, sinon, je vous prédis un plantage assuré !

Publicités
commentaires
  1. Arnod dit :

    Ah, c’est sûr qu’on est loin du Crysis premier du nom. Selon moi Crytek s’est laissé entraîner par les sirènes de la « consolisation » au niveau des FPS. Forcément, le succès des Call of suscite de vives jalousies.

    C’est étonnant de voir qu’au final Crysis 3 et l’exact inverse de Call of Duty (Black Ops 2, on va citer le dernier). Là où Call of ne fait pas d’effort (les graphismes), Crysis en fait des tonnes. là où Call of prédomine (le plaisir de jouer et les sensations, pour ceux qui adulent les titres de la série), Crysis 3 en est presque totalement dépourvu.

    Heureusement qu’il reste quelques bons titres malgré tout, comme le tout récent Bioshock Infinite.

  2. Lanfeust dit :

    Totalement d’accord avec toi.

    Et figures-toi que je suis justement en train de guetter une offre « pas chère » pour me prendre Bioshock Infinite sur PC, justement !

    Histoire de me remettre sur de bons rails niveau FPS 🙂

  3. IamBigMax dit :

    Et ben ça pique cette critique xD J’ai testé le 3 sur PS3 et mon avis et très différent du tient ^^ Tous les goûts sont dans la nature 😉
    Sinon, j’ai eu un bug dès le 2ème chapitre qui m’a fait disparaître l’arc (je l’explique ici http://www.iambigmax.com/2013/03/test-crysis-3.html?m=0 ), et en étant dans le difficulté max, c’était assez… corsé ^^’

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s