[Test] Assassin’s Creed 3 : Ubisoft, tu t’essouffles. Joueur, tu vas t’emmerder !

Publié: 11 janvier 2014 dans Jeux vidéos, Tests
Tags:, , , , , , , , ,

AC3-1

Salut Gamer !

Aujourd’hui, je souhaiterai te parler d’Assassin’s Creed, une des licences « phare » d’Ubisoft. En effet, j’étais curieux de connaitre le sort réservé à Desmond Miles, l’héritier génétique de la fameuse confrérie d’assassins.

Un jour de folie, j’ai donc décidé de jouer à Assassin’s Creed 3, même si depuis le second volet, l’intérêt du scénario devenait de plus en plus faiblissant. Comme à la base ça se voulait en trilogie, j’ai quand même espéré avoir une fin sympa pour notre ami Desmond. Quelque fois qu’un scénariste aurait eu une bonne idée pour ce « final ». Je sais, j’suis bête parfois …

Autant l’avouer: je m’attendais à ce que ça soit mauvais, mais j’étais encore loin du compte.

Chronique d’un joueur qui s’est fait chier à jouer :

Premier point qui fâche: un gameplay assisté qui retire le plaisir …

1er problème donc: un jeu qui joue à votre place.

Déjà, ça commence fort: on vous met le système de combat à la mode (et que je n’aime pas trop): celui initié par Batman. Alors si dans Batman ça passait car c’était nouveau (et que l’ambiance est à tomber), ici ce n’est juste pas amusant, vu que Connor est loin d’avoir la classe de Bruce Wayne. En résumé : Vous croisez un groupe d’ennemis (entre 5 et 15). Vous sortez votre hache et appuyez frénétiquement sur un bouton. Parfois, quand il y a un GROS TRIANGLE ROUGE qui s’affiche au dessus d’un ennemi, vous appuyez alors sur un deuxième bouton. Et fin du gameplay. Vous avez tué tout le monde. Aucun fun à l’horizon.

Ensuite, les déplacements du héros … qui sont lents, très lents. Et le fait qu’avec un bouton, de nouveau, Connor fait tout: grimper au mur, s’y plaquer, se baisser, etc. En gros, le joueur donne la direction et tout se fait tout seul ! De nouveau sale coup pour l’immersion. Et enfin, le pire: les missions qui sont assistées jusqu’au punitif : il est interdit de dévier ne serait-ce que d’un poil de ce qui est prévu, sous peine de « Game Over ».

Résultat, une mission lambda « d’assassinat », c’est à ça que ça ressemble :

[Vidéo] Attention, on va assassiner Georges Washington. Mais on connait une personne du complot

Réaction du joueur: « What?  J’suis chaud c’est bon ! Balancez-moi le traître, je vais le faire parler ! Je vais rejoindre cette secte et tous les punier/attraper/whatever»

Ce qu’on fait en VRAI dans le jeu : suivre un mec qui fait des faux papiers dans la ville pour 5 minutes. Puis pour finir l’attraper (enfin, appuyer sur un bouton) pour le faire parler – par vidéo de jeu interposé, en vrai vous ne faites rien-. Voilà, vous avez empêché un assassinat.

Comment ça c’est pas fun ? Et comment ça pourquoi on ne l’a pas attrapé direct alors ? Euh … Oh, regarde, une page de livre à attraper sur ce bâtiment !

Ou ça :

  [Vidéo] : « Ah ah, maudit assassin, on t’a attrapé, direction la prison ! Tu vas y croupir pour mourir ! »

Réaction du joueur: « Ok, les gars, a-pas-peur, je vais trouver une astuce et m’échapper, ça va pas trainer! ».

Ce qu’on fait en VRAI dans le jeu : aller à un endroit de la cellule, appuyer le bouton action (=écouter une conversation). Aller voir un gars dans la cour, appuyer sur LE MÊME bouton (=parler avec lui). Allez voir un dernier gars dans une cellule, appuyer ENCORE sur LE MÊME bouton (=voler une clef). C’est bon, vous pouvez vous enfuir !!!!

« Sérieux les gars ? C’est ça l’évasion de la prison ? Appuyez trois fois sur un même bouton et regarder deux vidéos (entrecoupées de chargements) ?!! Mais c’est complêtement nul !».

Alors je ne sais pas qui ça amuse de faire ça pendant 10 ou 15h, mais pas moi en tout cas. Sans compter que le joueur aura un peu – beaucoup – l’impression d’être pris pour un débile à qui il faut surtout mâcher le travail et ne pas lui proposer plus de choix d’action. Des fois qu’avec deux possibilités différentes ça soit trop compliqué…

AC3-2

Beau mais creux.

Alors il faut être juste, oui, c’est beau. Mais là où c’est triste, c’est qu’on dirait que les développeurs ne se sont centrés que sur ça. Et là, on a un problème, car si un jeu agréable peut être beau, l’inverse n’est pas forcément vrai. Et si j’aime les open-world, encore faut-il qu’il y ait un intérêt à ce monde ouvert. Sinon c’est juste du temps perdu en trajet avec notre personnage.

Dans ce jeu, on voit nettement que trop de libertés tuent la liberté: on a aucun plaisir à trainer dans la ville (dégueulasse et sans aucun charme en plus, comparé à Rome ou Venise). Alors c’est sûr, il y a pleins de mini-jeux. Et pleins de trucs à ramasser. Et pleins de contraintes (stupides) pour synchroniser à 100% la mission. Sauf qu’à rajouter tout ce bordel : les développeurs s’éparpillent dans leur jeu. Il n’y a plus aucune maîtrise du jeu principal (ni du scénario, j’y reviendrai).

Et enfin, excepté ce fait qu’on peut donc « passer » 60% du contenu du jeu si on le souhaite, il faut aussi noter que tous ces annexes ne servent absolument à rien. Là où dans AC II, c’était agréable d’améliorer la ville d’Ezio, ici, aucun intérêt (ni plaisir) à faire les missions. On ne voit quasiment jamais le résultat concrètement, et en plus, c’est totalement inutile pour réussir les missions principales. Du coup, comme elles sont en plus sans originalité, et bien forcément on ne les fait pas ! Personnellement, j’aurai préféré deux fois moins de contenu mais avec des éléments et quêtes annexes mieux préparées et fignolées.

AC3-3

Scénario sans aucun sens

Même si le prologue démarrait bien (et même très bien), le joueur se rendra vite compte que le scénario n’est plus du tout maîtrisé . On s’enfonce dans le grand-guignolesque et le mystique jusqu’à en devenir incompréhensible. On fait du spectacle, c’est sûr.  Mais ça ne veut absolument rien dire, faut pas chercher à comprendre. Et ajoutez à ça des ellipses temporelles comme s’il en pleuvait qui fait que même le mec attentif ne pigera plus rien (délai de quelques mois à plusieurs années entre les missions: A un moment, on se demande vraiment ce que foutent les personnages de l’intrigue !).

De toute façon, même sans ça, c’était perdu d’avance puisque le scénario n’est pas aidé par un des héros les plus têtes-à-claques que j’ai rencontré ! Connor est un personnage assez creux, sans cesse manipulé et sans aucun intérêt. Son comportement de gamin naïf et colérique fait qu’on se détache très vite de son histoire et que le joueur ne s’y attache absolument pas. On est donc bien loin de la classe d’Ezio Auditore ou d’Altaïr…

Certains autres choix sont également très curieux. Par exemple, les combats ne sont plus dissimulés mais se déroulent en pleine rue, devant témoin. De même, on ne tue quasiment jamais les « boss » par un assassinat discret, mais par une poursuite (je passe vite, tellement ce principe est débile: deux touches à appuyer pendant 20 secondes et un « fuyard » qui vous attend au coin de la rue pour que vous le rattrapiez). Puis, à la fin de cette « poursuite », un bon gros combat bourrin. Ok, c’est ça le jeu d’un assassin de confrérie secrète ? On a pas confondu avec John Rambo par hasard ?!

Et si vous vous attendez à la fin à une explication, laissez-moi vous le dire: que dalle ! Aucune justification en vue, plus de questions que de réponses, et un sentiment que les scénaristes ne savaient pas du tout où ils allaient… (ce qui était surement le cas).

Conclusion : les assassins sont morts avec l’esprit de la série

Voilà LE gros problème du jeu, exactement comme dans le dernier Hitman, cet Assassin’s Creed n’a plus le charme d’antan. Difficile de contester qu’Ubisoft a totalement trahi l’ambiance d’origine pour en faire un jeu d’action basique (quand on peut y jouer, vu que le jeu fait bien souvent tout à notre place), et auquel il est préférable de jouer cerveau éteint. De toute façon, comme UN bouton sert à tout faire, c’est pas gênant.

Ajoutez à ça un scénario bancal et des éléments inutiles et pas intéressant, on a donc forcément un jeu sans plaisir. Conclusion: cet épisode est un gros gâchis et confirme ma triste impression: la licence d’Ubisoft est décidément bien à la dérive…

AC3-4

commentaires
  1. Horny dit :

    Je vois que ca ne s’arrange pas du coté de AC. J’ai bien aimé les 2 premiers épisodes mêmes s’ils n’étaient pas exempt de défaut (IA a la ramasse, grimpettes pas toujours très précises, maniabilité un peu lourde, combat moyen, bugs de collision etc.). Néanmois le contexte historique rendait le tout plaisant.

    J’ai commencé à me lasser à partir du moment ou les génies marketing d’Ubi ont décrété qu’il fallait en sortir 1 par an minimum, avec des DLC (comprenez, du contenu précedement amputé) pour patienter entre chaque épisode.

    D’une part, je vomi sur ces pratiques commerciales qui font du tord au JV en général. Un an entre chaque épisode, c’est trop rapide, et comme les épisodes sont interdépendant, impossible d’en zapper 1 si on veux suivre l’histoire de Desmond.
    D’autre part, je suis scandalisé lorsque je vois que malgré les milliards que génère cette série, Ubi se fout ouvertement de la gueule des joueurs en ne corrigeant pas les defauts présent depuis le 1e opus. Si cela passait en 2007 pour une erreur de jeunesse, aujourd’hui on ne peux que parler de gameplay bancal … mais tanpis j’ai envie de dire en me mettant dans la peau d’un responsable : pourquoi corriger tant qu’ils a des cons pour acheter nos jeux day one.

    Résultat, j’en ai terminé avec cette série à l’épisode AC 2.2 (et j’ai souffert pour le finir.)
    J’ai aussi fait l’épisode Vita car il se situe hors « cycle Desmond ». Malheureusement même si l’héroïne est craquante, cet épisode est une véritable purge : des bugs en pagailles, de la grimpette toujours aussi dégueulasse,des ellipse narrative dans tous les sens qui rendent le scénario impossible à suivre, et parait-il des bugs de sauvegarde (heureusement pour ma Vita, je n’en ai pas eu)

    J’ai recemment recu gratos le 4e épisode sur PC (en cadeau avec ma carte graphique). Je voulais le faire pour prendre une claque avec les graphismes, mais je crois qu’au final j’ai fini par detester cette série … et puis j’ai trop de retard sur l’histoire maintenant.

  2. Horny dit :

    On me signale dans l’oreillette que AC4 à tiré sur Desmond … non pas que son sort me passionne mais je n’aime pas prendre une histoire en cours de route.

    Honnetement, j’ai toujours pensé que la partie « temps présent », était parfaitement inutile et assez chiante. Le scénario aurai très bien pu se focaliser sur Altaïr et Ezio comme n’importe quel jeu open world. Ca marche très bien avec Aveline (enfin … en faisant abstration de ces ellipses à la con)

    Bon du coup je tenterai peut être l’aventure AC4 un jour, sans regrêt de ne pas avoir fait AC2.3 et AC3 avant.

  3. Lanfeust dit :

    Salut Horny.
    Toujours un plaisir de te lire, surtout que je suis bien d’accord avec toi !

    Effectivement, j’ai passé un peu l’aspect « bug » des titres car je fais déjà des articles trop longs à la base… m’a fallu faire des choix 😀

    J’ai justement moi-même été victime du bug « sauvegarde » sur Vita (heureusement au début du jeu) et j’avoue que ça la fout mal… Depuis, j’ai beaucoup de mal à encore pardonner à cette franchise qui part en sucette au niveau de l’intrigue, et simplifie de +en+ le gameplay à l’excès. Et c’est totalement vrai: les épisodes annuels ont massacrés la série encore un peu plus.

    Après, vu que tu l’as eu gratuitement et que le 4 semble s’écarter totalement du reste (après le massacre du 3, je pense qu’ils se sont rendu compte qu’il fallait vite passer à autre chose). je te conseillerai quand même d’essayer, au pire, rien que pour le plaisir des yeux ! Si tu n’en attends que ça, ça peut passer à mon avis (sans être un chef d’oeuvre non plus, mais ça on est bien d’accord 😉 ).

  4. Benohit dit :

    Je ne suis qu’un joueur occasionnel, mais cet opus là m’ennuie. Toutes les actions sont entrecoupées d’un scénario qu’on aurait à l’aise pu diviser par deux. Je trouve également qu’on perd l’atmosphère du premier opus qui lui, ses villes, ses paysages, même s’il était plus répétitif, me transportait complètement. J’ai perdu une arme que j’avais acheté et que j’aimais, sans savoir pourquoi : à la place, je transporte une grosse hache qui vient d’un type. En fait il y a une quantité de petits défauts : au fur et à mesure du scénario, il y a des bugs de jeu. Certains petits passages qui devraient logiquement être accessibles ne le sont pas, ce qui a tendance à énerver. Si le joueur s’essouffle vite, et le chroniqueur à raison de le dire, ne parlons pas de son cheval ! Il arrive à hauteur de ma tête, un beau pur sang, mais s’essouffle en pleine course après 3 secondes : c’est très pénible : on trotte, on court, on trotte, on court, on trotte, on court… Le passage de reconstruction de l »Attila », le bateau, n’a rien de nécessaire. Les villes par ailleurs sont assez uniformes : je passe de Boston à New-York sans constater de différence majeure ; rien à voir avec une atmosphère qui se recrée à neuf pour chaque ville comme dans le premier opus. J’ai un profond regret, dans le 3 comme dans le 4, vis-à-vis du manque de techniques de combat, et notamment vis-à-vis du principe « coup plus anticipé, bouton poussé plus longtemps = attaque plus destructrice ». Il y a aussi quelque chose qu’on note moins : c’est dans le premier opus que la distance perso’-caméra (ça se joue à pas grand chose, mais ça compte) est la mieux gérée je trouve et mine de rien, cela profite à l’immersion.
    Il y a, dans certains opus, une petite poussière, comme des grains de coton qui se baladent dans l’air et qui donnent aussi une atmosphère planante assez sympa : sauf que quand ils flottent dans les maisons, comme dans le 3, on est pu sûr de rien. Les effets de lumière liés au soleil sont par ailleurs moins aboutis dans celui-ci.
    Je rejoins le chroniqueur : une somme de petits défauts, qui sont de véritables lacunes de programmateurs s’accumulent, et c’est un comble quand certains d’entre eux n’apparaissaient pas dans les opus précédent. C’est agaçant : ça l’est tellement que je ne pense pas aller au bout de celui car en effet, on s’ennuie.
    Je rejoins aussi un autre commentateur pour dire que dans le 3 plus qu’ailleurs, les scènes de « vie actuelle » sont carrément barbants. J’arrête le tir là, il y aurait encore beaucoup à critiquer, notamment des paroles en français qui sont parfois mal dosées au niveau de l’ingénieurie son, ce qui les rend à peine audible, l’ambiance du pourtour les recouvrant presque, et ça aussi c’est agaçant.

    Bien à vous,
    Benohit

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s