Articles Tagués ‘anime’

Golgo 13-1

Salut les gens ! J’espère que vous allez bien.

Une nouvelle série terminée au compteur, et par conséquent : un nouvel article sur le blog, histoire de vous en parler (et garanti 100% pas de spoil).

Aujourd’hui, je passe donc au grill la série Golgo 13, un animé basé sur un tueur professionnel. Et quel tueur ! Rien de moins qu’un des (sinon LE) meilleur(s) dans son domaine. Ça promet des missions périlleuses …

I) L’intrigue de Golgo 13

L’histoire se centre donc sur le japonais Duke Togo, alias Golgo 13, un des meilleurs tueur à gage du monde, évidemment hautement qualifié donc. Et celui-ci est plus particulièrement spécialisé dans le tir au sniper (M16 plus exactement), arme avec laquelle il fait des miracles et réussit des tirs impossibles. Celui-ci se verra donc, au gré des épisodes, confier des missions d’assassinats de grands dirigeants, de parrain de la mafia ou de riche héritier volage, selon les clients qu’il rencontrera. Mais attention à qui essayerait de doubler Golgo 13. On ne devient pas un des meilleurs tueurs de la planète sans prendre un minimum de précaution …

Comme vous pouvez le lire, l’histoire reste assez « peu originale ». Le personnage central du tueur sans sentiments (ou presque) et méga « pro » a déjà été utilisée de nombreuses fois. Reste que personnellement, ces histoires de tueurs badass, moi je marche toujours, si tant est que le reste soit intéressant et un peu original. Voyons donc voir ce que celui-ci a à offrir.

Ici, on suit donc les divers assassinats d’un tueur accompli, exactement comme 47, le tueur de la série de jeu vidéo Hitman. Et plus exactement le 47 « du début », soit le meurtrier spécialisé dans les missions extrêmement difficiles, avec un tir de sniper à des kms de distances, ou qui accède à des endroits impossibles d’accès. Pas comme celui du dernier jeu vidéo en date (Hitman Absolution), extrêmement décevant au niveau scénario ….

L’histoire n’est donc ici qu’un gros prétexte pour voir, à chaque épisode de l’animé, la réalisation d’un contrat par Golgo 13. Un peu comme si on avait repris Nicky Larson (un de mes héros favoris), mais que cette fois, ce n’était plus sur le ton humoristique, mais avec un personnage principal toujours sérieux. Autant dire une machine à tuer imbattable, donc !

Évidemment, principe de l’histoire oblige, c’est parfois sanglant : Balle dans tête et compagnie. Donc mauvaise idée de regarder ça avec le petit cousin, petit frère ou autre, sachez-le (même si on reste dans le « soft » à ce niveau, par rapport à ce que l’on aurait pu montrer).

Golgo 13-2   Golgo 13-3

(suite…)

Blade 1

Yop les gens ! Comment allez-vous bien ? J’espère que bien ! (Oui, cette phrase d’intro ne veut rien dire).

Ayant fini une nouvelle série, je ne résiste pas à la passer au peigne fin avec vous (et toutes mes excuses pour la parution tardive, mais faut bien prendre le temps de regarder les séries pour pouvoir en parler ensuite 😉 ).

Donc, aujourd’hui, c’est Blade qui s’y colle. Et si beaucoup d’entre vous connaissent la trilogie de films avec Wesley Snipes, moins connaissent la série animé. Et je vais vous dire … c’est pas si grave 😀

I) Blade, un univers bien fendard !

L’univers de Blade est, il faut l’avouer, assez jouissif : c’est l’histoire d’un semi-vampire, Eric Brooks, qui réunit le meilleur des deux clans. Il voit le jour alors que sa mère, enceinte, s’est faite mordre par un vampire ultra badass, j’ai nommé Deacon Frost. Le petit mioche va donc se retrouver avec des pouvoirs +1000, et zéro inconvénient des vampires (bon, je résume, mais c’est l’idée). Bien décidé à se venger des vilains suceurs de sang qui ont tué sa mère (plus tout un tas d’autres gens, en fait), il décide de partir en croisade contre ceux-ci, et à commencer par le maléfique Deacon Frost, principal responsable de la mort de sa génitrice.

Au niveau de l’anime, pas de surprise : le speech de base est quasiment respecté à la lettre, dans le sens où les épisodes retracent exactement ce que je viens de vous dire. Sans surprise donc, mais en fait, on s’en fout, puisque ce qu’on veut avant tout (avouons-le), c’est voir des combats et du sang gicler.

Blade 2   Blade 3

(suite…)