Articles Tagués ‘Little Big Planet’

500x700-content-photos-evolution-du-jeu-video-en-mode-8bits

Salut les geeks !

Après avoir parlé pendant longtemps (et même très longtemps!) sur ce blog de séries TV et compagnie, je me suis dit qu’il était un peu temps de revenir à un autre de mes amours : les jeux vidéos ! Nous voici donc de retour pour cette rubrique mensuelle (bon, ok, à peu près, on est pas aux pièces non plus 😉 ), j’ai nommé la rubrique : « Et toi, à quoi tu joues ? »

Alors me concernant, je vous avoue, c’est comme pour les frites Mac Cain : c’est ceux qui en parlent le moins qui en mangent ( / jouent) le plus ! Autant dire que depuis quelques semaines, si je n’ai pas beaucoup parlé JV sur ce blog, ça ne m’a pas empêché d’y jouer. Et même beaucoup.

Étant dans une phase de « touche-à-tout », je vous avoue ne plus trop savoir où donner de la tête. Par facilité, citons les supports et leurs jeux dans l’ordre progressif d’utilisation en ce moment : (suite…)

Publicités

Salut tout le monde ! ça roule ?

Aujourd’hui sur le site, un test d’un jeu gagné à un concours et terminé il y a déjà quelques temps, mais que je n’avais jamais écrit. Je rattrape donc un peu mon retard avant d’oublier complément l’affaire! Vous l’aurez compris, il s’agit du test de Little Big Planet VITA, récemment arrivé sur la console tactile de Sony. Alors que vaut exactement le soft ? La portable manquant cruellement de jeux, l’arrivée des Sackboys était attendue avec impatience, c’est clair. Et pour une fois, bonne surprise, car l’attente a valu le coup : la mission confiée au studio Tarsier est franchement réussie !

Alors avant de faire le test de manière « pro » (vous habituez pas, ça va pas durer 😉 ), je précise quand même encore une chose : il y a un putain d’online pass de maYrde ! Ne rêvez donc pas d’avoir le jeu en occasion, ou gratuitement (on ne sait jamais que vos potes soient sympas!), va falloir passer à la caisse… Donc, avant de passer aux choses sérieuses, que ça soit dit : Enculés !

Ah, ça fait du bien ! Bon, on peut donc passer au test normal, maintenant.

A l’ouest, rien de nouveau (mais on s’en fiche!)

Alors autant le préciser immédiatement, le nouveau LBP n’est pas surprenant outre mesure. Il s’agit, comme dans tous les autres opus de la franchise, d’effectuer des sauts au bon timing, de réduire les vilaines marionnettes au silence et d’éviter divers trous, piques et autres pièges au travers d’une quarantaine de stages environ, répartis sur 5 mondes. Néanmoins, le plaisir de jouer est toujours bien présent, et c’est avec plaisir que l’on parcoure les différents niveaux déjantés des designers, déjoue les pièges sadiques et se balance au-dessus du vide pour atteindre la plateforme suivante. Bref, on s’amuse comme un petit fou Sackboy, et c’est bien là l’essentiel !

A noter que le joueur exigeant ne sera pas entièrement satisfait, dans la mesure où quelques heures de plus au mode solo n’auraient quand même pas fait de mal. De même qu’une difficulté accrue d’ailleurs, l’ensemble du soft se passant bien trop facilement. Mais ici, on vous avoue faire un peu la fine bouche, tant le jeu reste agréable à parcourir dans son ensemble.

     

Un univers détonnant et varié…

L’action prend place au beau milieu d’un univers de fête foraine, avec ses décors de cirque, marionnettes et autres drapeaux. Mais très vite, les décors vont se succéder pour offrir une grande variété au joueur : place après le cirque à un monde futuriste, à la campagne verdoyante, ou encore à une maison hantée! De même, franchise oblige, une multitude de petits jeux sont au rendez-vous (ceux-ci sont déblocables après avoir joué au mode solo). Il y en a pour tous les goûts puisqu’à côté des habituels niveaux de course-poursuite,  on trouvera un Tetris, un tape-sackboy ou encore un saute-zombies !

Au niveau du gameplay, la prise en main est excellente une fois les premiers mondes passés pour les néophytes. Les habitués, eux, seront en terrain connu puisque quasiment rien ne change : les mondes se jouent toujours sur trois plans de profondeur, avec un bouton saut et un bouton action ainsi que le stick pour diriger les mouvements de notre héros.

Une nouveauté est toutefois à noter : le tactile. Et honnêtement, celui-ci est relativement bien intégré sans être « de trop » et ne casse pas du tout l’action comme on aurait pu le craindre. Vous pourrez donc pousser, tirer ou faire tourner différents éléments du décor grâce au pavé tactile avant et arrière. Au delà de l’aspect gadget, on se retrouve ici avec une option de gameplay en plus, qui sait également se faire discret lorsque nécessaire. Un ajout pas forcément essentiel, c’est vrai, mais en tout cas un « plus » définitivement utile et amusant. Bref, tout ce qu’on lui demandait, bravo !

    

… mais aussi joli !

Graphiquement, le titre en met plein la vue avec une VITA qui met les petits plats dans les grands: effets et jeux de lumière, univers colorés ou au contraire grisâtres, la portable de Sony en a sous le capot, et pour peu que l’on accroche au design si particulier des LBP, c’est un régal pour les yeux!

De même, les différents objets de l’inévitable « tuning » de votre sackboy sont très bien réalisés avec des éléments facilement identifiable et variés. Chapeaux, costumes, robes ou gants de monstre, un énorme choix est disponible, ce qui vous donne vraiment l’impression d’avoir un sackboy unique en son genre.

     

Une communauté déjà présente

Une fois parcouru les différents mondes du mode solo, vous pourrez vous tourner vers le coopératif et le mode multijoueurs. Si parcourir un monde en solo sur LBP est agréable, le parcourir à plusieurs l’est encore plus. Pour le coopératif, il est donc question ici comme dans les précédents volets de se sauver mutuellement la mise en survivant à divers pièges, et d’effectuer des actions en commun. Un régal ! Le multijoueurs, pour sa part, vous entraînera plus simplement vers des compétitions entre joueurs sur les différents mini-jeux du soft.

Évidemment, un mode de création est également présent, et l’écran tactile se révèle ici particulièrement utile. Avec une communauté déjà développée grâce aux deux titres présents sur console de salon ainsi que des trophées liés à la création de stage, inutile de dire que les mondes pullulent déjà, et c’est tant mieux.

En conclusion donc, si le contenu de Little Big Planet Vita n’est pas étonnant, le jeu reste, avec son univers enfantin et ses mécanismes inventifs, une valeur sûre de l’action-plateforme ! Cette édition est donc à conseiller (s’il on est pas allergique au Network Pass) aux amateurs du petit bonhomme en tissus, … ainsi qu’à tous les autres possesseurs d’une Vita !